De l’humour, du drame, du génie

0

La Cinémathèque québécoise présentait ce soir An Evening With Don Hertzfeldt, une rencontre avec le cinéaste d’animation américain bien connu pour ses courts métrages déjantés.

Et déjanté, on peut l’affirmer sans se tromper. Les films de Don Hertzfeldt ressemblent, par leur irrévérence, à South Park, ou à Salad Fingers. Peu ou pas de vulgarité dans ces films, cependant. Les cinéphiles ont pu s’esclaffer et admirer six oeuvres, pour une durée d’environ 70 minutes, puis ont pu poser des questions à l’artiste, sur place pour l’occasion.

Ce qui surprend, tout d’abord, dans l’oeuvre d’Hertzfeldt, ce n’est pas seulement l’humour débridé, souvent absurde, toujours hilarant, mais le recul que l’artiste prend par rapport à la vie, et la critique sociale que cela apporte.

Outre les excellents Rejected et Billy’s Balloon, Everything Is Gonna Be Okay et I’m So Proud of You ont également été présentés. Ces deux films, qui décrivent la vie de Billy, nous entraînent dans les affres de la folie, du désespoir et de la démence. Une oeuvre magistrale, soutenue par une bande sonore marquante et par une narration – d’Hertzfeldt lui-même – toujours adéquate, sensée, puissante. Si l’histoire de Billy est certes entrecoupée d’éclats de rire, le scénario est tout sauf rigolo. Un duo de films à voir, assurément. Hertzfeldt prévoit d’ailleurs un troisième chapitre.

Enfin, le cinéaste nous a gâté avec son nouveau projet, pas encore finalisé ni nommé, mais qui, sur un ton plus léger, a redonné le sourire à tous et chacun. Ce qu’on peut vous dire, c’est que vous rirez… à gorge déployée.

Hertzfeldt, présent dans le milieu depuis plus d’une dizaine d’années, continue encore d’impressionner et de séduire. Un grand artiste à découvrir sans cesse.

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre